somnolence


somnolence

somnolence [ sɔmnɔlɑ̃s ] n. f.
• v. 1380, rare av. XIXe, sens 2; bas lat. somnolentia
1(1530) État intermédiaire entre la veille et le sommeil, perte de conscience et engourdissement momentanés. demi-sommeil, torpeur. Médicament qui peut amener un état de somnolence.
Assoupissement peu profond mais insurmontable; tendance irrésistible à s'assoupir. « Là, des somnolences la prenaient; brisée par les veilles, elle sommeillait, elle cédait à l'engourdissement voluptueux » (Zola ).
2Fig. Inaction, mollesse. atonie. « l'apparente somnolence des génies méditatifs » (Balzac).

somnolence nom féminin (bas latin somnolentia) État intermédiaire entre la veille et le sommeil. Littéraire. État d'engourdissement, de passivité, d'inertie. ● somnolence (synonymes) nom féminin (bas latin somnolentia) Littéraire. État d'engourdissement, de passivité, d'inertie.
Synonymes :
- léthargie

somnolence
n. f.
d1./d état intermédiaire entre le sommeil et la veille.
|| Disposition à l'assoupissement.
d2./d Fig. Mollesse, engourdissement.

⇒SOMNOLENCE, subst. fém.
A. — 1. État intermédiaire entre la veille et le sommeil. Synon. demi-sommeil. Après vingt heures de ballottements, de somnolences lourdes et de réveils empâtés, Gaspard et ses compagnons débarquèrent dans un vague pays gris (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 132). Le docteur s'assoupit, mais la première voiture de l'aube le tira de sa somnolence. Il frissonna et, regardant Tarrou, il comprit qu'une pause avait eu lieu et que le malade dormait aussi (CAMUS, Peste, 1947, p. 1453).
En compos. Demi-somnolence. Il n'y a qu'à regarder ces lettres lourdement contournées, inégalement tordues par l'ennui, pour voir que tout cela a été composé dans la torpeur d'une demi-somnolence (RENAN, Souv. enf., 1883, p. 153). Quand il était las de cet état de demi-somnolence, il était pris d'un besoin de se remuer et de faire du bruit (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p. 82).
2. MÉD. État d'assoupissement peu profond difficile à surmonter que l'on rencontre dans certaines maladies: intoxication, obésité, maladies infectieuses ou fébriles. Synon. torpeur. M. le duc de Luynes, à côté duquel j'ai souvent siégé, était devenu énorme; la graisse avait désorganisé sa belle figure, et il passa les dernières années de sa vie dans une somnolence presque habituelle (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 226). Enfin, le malade peut présenter une agitation violente, mais aussi un état dépressif marqué avec somnolence et indifférence totale (QUILLET Méd. 1965, p. 359).
3. Phase de l'hypnose où le sujet donne l'impression d'avoir envie de dormir et de ne plus pouvoir exécuter certains mouvements. Abramowski cite (...) la transmission d'un état de somnolence, mais il estime que celle du mouvement (d'un doigt par exemple) est plus difficile (...) que celle des mots, dont il s'est particulièrement occupé (WARCOLLIER, Télépathie, 1921, p. 262).
B. — Au fig.
1. État d'inertie, de passivité d'une personne, d'un groupe social, d'une collectivité. Dans cette réunion de vingt jeunes gens de la ville qui protestaient ainsi contre sa somnolence sociale, il s'en trouva quelques-uns plus étroitement liés que les autres avec Max, ou qui firent de lui leur idole (BALZAC, Rabouill., 1842, p. 382). Pendant cette période de somnolence de la France, nos éternels ennemis se préparaient, et rien n'est plus instructif que de comparer avec la nôtre la moyenne des dépenses qu'ils firent pendant cette même période, pour leurs différents services (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 47).
2. P. méton. État d'engourdissement, d'inactivité de quelque chose, généralement d'un lieu. Une fois seulement, depuis le matin jusqu'au soir, cette somnolence de la petite rue est troublée par le passage de l'Armée du Salut (BOURGET, Ét. angl., 1888, p. 325). Au bref, l'ambiante fromentine m'évoque encore l'ennui, une somnolence domestique, rurale, une prudence qui m'était, qui vous était trop familière et contre quoi nous nous rebellions (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 198).
REM. 1. Somnescence, subst. fém., hapax. Sommeil, endormissement. On voit bien, reprit Cottard, que vous n'avez pas comme moi administré jusqu'à deux grammes de trional sans arriver à provoquer la somnescence (PROUST, Sodome, 1922, p. 961). 2. Somnolescence, subst. fém., hapax, synon. de somnolence. Dans la matinée du jour où devait se signer le contrat de Paul et de Natalie, un de ces feux follets de l'âme brilla chez madame Évangélista pendant les somnolescences de son réveil (BALZAC, Contrat mariage, 1835, p. 284). 3. Semi-somnolence, subst. fém. Quant aux cellules d'entreprise, elles semblaient, malgré les injonctions périodiques de la direction du P-C, vivre en état de semi-somnolence, ne se réveillant qu'à l'occasion des campagnes électorales ou lorsqu'il était nécessaire de populariser un mot d'ordre important du Parti (Le Nouvel Observateur, 23 févr. 1976, p. 26, col. 1).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. a) Ca 1380 sompnolence « manque d'activité, mollesse extrême » (GASTON PHEBUS, Livre des oraisons, éd. G. Tilander et P. Tucoo-Chala, 14, 8); 1517 [date du ms.] somnolence (J. FOSSETIER, Chronique margaritique, ms. Bruxelles 10512, VIII, IV, 29 ds GDF. Compl.); b) 1474 [date du ms.] somnolance « disposition naturelle à dormir » (Mir. de l'âme, ms. Ste Geneviève 2204, f ° 31a ds GDF. Compl.); c) 1530 « état intermédiaire entre le sommeil et la veille » (PALSGR., p. 271a); 1800 (BOISTE). Empr., à diverses reprises, au b. lat. somnolentia, dér. de somnus (sommeil). Fréq. abs. littér.:241. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 114, b) 500; XXe s.: a) 537, b) 336. Bbg. FRANÇOIS (A.). La Désinence « ance » ds le vocab. fr. Genève-Lille, 1950, p. 83; 88 (s.v. somnescence).

somnolence [sɔmnɔlɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1387, sompnolence, sens 2; bas lat. somnolentia.
1 (1530). État intermédiaire entre la veille et le sommeil, perte de conscience et engourdissement momentanés. Assoupissement (cit. 3), demi-sommeil, torpeur. || Une somnolence s'emparait de lui (→ Incliner, cit. 19).Spécialt. Assoupissement peu profond mais insurmontable; tendance irrésistible à s'assoupir.
1 Nous profitâmes de la situation pour dormir un peu, chacun dans notre coin, mais sans nous abandonner trop à la somnolence, qui est parfois dangereuse par des températures aussi basses (…)
Th. Gautier, Voyage en Russie, I, XXI.
2 Là, des somnolences la prenaient; brisée par les veilles, elle sommeillait, elle cédait à l'engourdissement voluptueux qui s'emparait d'elle, dès qu'elle était assise.
Zola, Thérèse Raquin, XXIV.
2 Fig. État d'inactivité, de mollesse. Atonie, engourdissement, mollesse, torpeur. || Une somnolence boudeuse (→ Désobligeant, cit. 2).
3 Ces recherches obstinées et secrètes, faites dans le monde occulte, donnaient à sa vie l'apparente somnolence des génies méditatifs.
Balzac, l'Enfant maudit, Pl., t. IX, p. 694.
DÉR. V. Somnolent, somnoler.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Somnolence — Classification and external resources ICD 10 R40.0 ICD 9 780.09 Somnolence (or drowsiness …   Wikipedia

  • Somnolence — Som no*lence, Somnolency Som no*len*cy, n. [L. somnolentia: cf. F. somnolence.] Sleepiness; drowsiness; inclination to sleep. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • somnolence — index languor Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • somnolence — late 14c., from O.Fr. sompnolence, from L. somnolentia sleepiness, from somnolentus, from somnus sleep, from PIE *swep no, from root *swep sleep (Cf. Skt. svapnah, Avestan kvafna , Gk. hypnos, Lith. sapnas, O.C.S. sunu, O …   Etymology dictionary

  • Somnolence — Sommeil Pour les articles homonymes, voir Sommeil (homonymie). Chaton endormi …   Wikipédia en Français

  • Somnolence — Sleepiness, the state of feeling drowsy, ready to fall asleep. A person experiencing somnolence is somnolent and is acting somnolently. Somnolence, somnolent, and somnolently go back to the Latin somnus meaning (please don t yawn) sleep. * * *… …   Medical dictionary

  • somnolence — (so mno lan s ) s. f. Terme de médecine. Assoupissement peu profond, mais pénible et insurmontable.    Fig. Engourdissement moral. ÉTYMOLOGIE    Provenç. sompnolencia ; espagn. somnolencia ; ital. sonnolenza ; du lat. somnolentia, de somnolentus …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOMNOLENCE — s. f. (On prononce l M.) T. de Médec. État intermédiaire entre le sommeil et la veille ; Disposition habituelle à dormir. État de somnolence …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOMNOLENCE — n. f. état intermédiaire entre le sommeil et la veille. état de somnolence …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • somnolence — somnolent ► ADJECTIVE 1) sleepy; drowsy. 2) inducing drowsiness. DERIVATIVES somnolence noun somnolently adverb. ORIGIN Latin somnolentus, from somnus sleep …   English terms dictionary